Sept-Îles, le 26 août 2013 – Le Cégep de Sept-Îles, la Ville de Sept-Îles, la Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles, Développement économique Sept-Îles et le Port de Sept-Îles ont donné, ce matin, le coup d’envoi à la création d’un observatoire pour la veille environnementale de la baie de Sept-Îles qui sera dirigé par l’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail (INREST).

« Je suis heureux de la création de cet observatoire qui démontre la volonté des partenaires à travailler conjointement en matière d’environnement et de développement durable. Cette initiative permettra à la communauté d’obtenir une vision globale de la baie », d’affirmer M. Serge Lévesque, maire de la Ville de Sept-Îles.

En plus de fournir un portrait environnemental, ce projet poursuit plusieurs objectifs dont :

  • actualisation et consolidation des données et mesures reliées à l’environnement de la baie;
  • production d’un rapport de suivi annuel à partir du traitement des données par l’INREST;
  • projeter la capacité du milieu à accueillir des projets acceptables et sécuritaires pour la population et l’environnement;
  • assister les entreprises existantes dans l’amélioration de leur performance environnementale, s’il y a lieu;
  • mesurer les résultats des efforts de conservation et d’amélioration environnementale dans la baie de Sept-Îles.

« À notre connaissance, cette approche de recherche intégrée et continue d’un tel écosystème est une première au Québec et possiblement au Canada. Ceci nous permet donc de se positionner comme précurseur en matière environnementale et de développement durable », de témoigner M. Donald Bherer, directeur général du Cégep de Sept-Îles.

Au terme de plusieurs mois de préparation, les acteurs ont convenu d’adopter une démarche dont la phase de démarrage se détaille comme suit :

1. Recensement et analyse des données existantes (revue de littérature)
2. Échantillonnage sur la qualité de l’eau et des sédiments
3. Production et diffusion d’un rapport final

« Les données actuelles étant insuffisantes pour concevoir une stratégie globale de surveillance à long terme, cette phase de démarrage permettra à l’INREST et ses partenaires de mieux orienter les phases subséquentes prévues pour 2014 et 2015 », d’informer Dre Julie Carrière, ing., chercheure et directrice du nouvel institut de recherche.

Cet important projet fournira une meilleure compréhension des impacts environnementaux présents et futurs grâce à l’acquisition de données de références crédibles et actualisées. De plus, il outillera l’ensemble des intervenants dans la prise de décision et leur gestion environnementale, tout en répondant aux attentes et préoccupations émanant du milieu.

« Intégrant les objectifs poursuivis de l’Alliance verte, la mise sur pied de cet observatoire permettra de veiller à la protection de la richesse de nos écosystèmes marins, et ainsi, assurer une planification responsable s’appuyant sur les valeurs du développement durable. Cette démarche novatrice témoigne du leadership environnemental du Port et de ses partenaires », de déclarer M. Pierre D. Gagnon, président-directeur général du Port de Sept-Îles.

Il en coûtera près de 384 250 $ pour mettre en branle la première phase de cette initiative. Développement économique Sept-Îles y investira 50 000 $, le Port de Sept-Îles, 209 600 $ et la Corporation de protection de l’environnement défraiera 124 650 $. « Je remercie la Ville de Sept-Îles de nous fournir le support financier nécessaire à la réalisation de ce projet sur lequel nous travaillons depuis quelques années. C’est une initiative environnementale structurante pour le développement de notre communauté », de conclure Mme Stéphanie Prévost, directrice générale de la Corporation.

Les travaux débuteront sous peu et le dépôt du rapport final de cette première phase est prévu pour l’automne 2014. Pour ce qui est de la phase 2 du projet prévue pour l’an prochain, les paramètres étudiés devraient, entre autres, comprendre la communauté benthique, les zostères, les poissons, le phytoplancton, les macroalgues, les données physiques et climatiques.

Version Acrobat Reader
Faits saillants du projet
Communiqué de presse – INREST