Un maillon essentiel pour le développement d’un nouvel axe de transport ferro-maritime à destination du Nord.

Sept-Îles, le 14 novembre 2008 – C’est en présence du premier ministre du Québec, monsieur Jean Charest, et de nombreux représentants du milieu socio-économique de la communauté nord-côtière, qu’a été inauguré officiellement aujourd’hui le centre de transbordement ferroviaire au terminal portuaire de La Relance. Cette nouvelle infrastructure portuaire stratégique contribuera au développement d’un nouvel axe de transport ferro-maritime pour la région et à destination du Nord québécois.

Réalisé grâce à des investissements du Port de Sept-Îles et du gouvernement du Québec ce centre de transbordement conjuguera le transport ferroviaire et maritime, deux modes de transport complémentaire et durable qui contribuent notamment à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Des investissements totalisant 13,7 millions de dollars depuis 2005 ont permis entre autre la mise en place en 2006, d’un lien ferroviaire de 1,8 km reliant la Côte-Nord au réseau nord-américain, ainsi que plus récemment, la construction d’un hangar, la mise à niveau du débarcadère du traversier-rail, et la réalisation du centre de transbordement ferroviaire au terminal La Relance.

« Ce nouvel axe de transport, qui constitue une alternative de choix au réseau routier, ouvre l’accès aux entreprises de la région au réseau ferroviaire nord-américain via un traversier-rail entre Sept-Îles et Matane. L’axe ferroviaire vers le Labrador et le Nouveau-Québec est maintenant accessible à partir de n’importe où en Amérique du Nord, ce qui représente un avantage stratégique majeur pour la région », a fait valoir monsieur Pierre D. Gagnon, président-directeur général du Port de Sept-Îles.

Le Port de Sept-Îles fait actuellement face à une expansion importante découlant de l’essor du marché mondial du fer, et avec ces nouveaux services, le Port de Sept-Îles renforce sa position comme port intermodal stratégique dans le corridor du Saint-Laurent et des Grands-Lacs, ainsi que comme future plaque tournante du transport ferro-maritime pour approvisionner et développer le Nord.

« Les grandes industries de la région réclamaient ces développements ferroviaires pour être en mesure d’accroître leur compétitivité, leur accès aux marchés et leur potentiel d’affaires. La réalisation de ces nouvelles infrastructures témoigne de la vision commune du Port et de ses partenaires industriels, ainsi que du gouvernement du Québec de prendre action dans la lutte contre les changements climatiques en misant sur un moyen de transport à caractère durable», a tenu à mentionner monsieur Carol Soucy, président du conseil d’administration.

Le Port de Sept-Îles, se situe au premier plan de l’économie de la région et constitue l’une des principales assises de son développement économique. Son rayonnement économique a été évalué à tout près de 4 000 emplois directs et indirects avec une activité économique annuelle de 1 MM $.