Le Port de Sept-Îles et l’INREST réitèrent leurs rôles stratégiques en recherche scientifique avec l’accueil du brise-glace de recherche NGCC Amundsen

Sept-Îles, le 6 mars 2020 – Le Port de Sept-Îles et l’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail (INREST) sont fiers d’accueillir aujourd’hui le brise-glace de recherche NGCC Amundsen de la Garde côtière canadienne. Ce dernier héberge la troisième mission océanographique hivernale du programme de recherche Odyssée Saint-Laurent qui vise à acquérir des données stratégiques de pointe sur le fonctionnement de l’écosystème du Saint-Laurent en hiver.

Une brève escale terrestre permettra au chef de mission, M. Jean Carlos Montero-Serrano, accompagné de son équipe de près de 25 chercheurs issus d’une douzaine d’institutions dont l’INREST, de rencontrer les intervenants du milieu et les médias locaux afin de présenter succinctement les activités de recherche de la mission.

Les travaux de recherche réalisés dans le cadre de la mission comprennent des points d’échantillonnage dans la zone portuaire de Sept-Îles. Ils permettront d’acquérir des données stratégiques hivernales complémentaires aux données déjà recueillies dans le cadre des travaux de l’observatoire environnemental de la baie de Sept-Îles.

« L’occasion pour le Port et l’Observatoire de la baie de Sept-Îles d’accueillir la mission Odyssée Saint-Laurent et ainsi d’être parmi son circuit de travaux de recherche est vraiment une précieuse opportunité, car l’acquisition de données et d’informations scientifiques qui en découlera viendra enrichir les connaissances de notre précieux écosystème et nous appuyer dans nos approches de gestion durable », déclare M. Pierre D. Gagnon, président-directeur général du Port de Sept-Îles.

La zone portuaire de Sept-Îles est un site incontournable de la recherche scientifique maritime sur les scènes nationale et internationale compte tenu de la qualité et de la quantité de données générées par les travaux de l’INREST et ses partenaires.

« Depuis 2013, l’INREST a su développer, avec nos partenaires scientifiques, de nombreux outils comme l’observatoire de suivi environnemental en zone portuaire et industrielle ou bien encore la Chaire de recherche sur les écosystèmes côtiers et les activités portuaires, industrielles et maritimes. Ces outils, mis en place grâce à nos partenaires financiers, dont le port de Sept-Îles, nous permettent aujourd’hui de collaborer à cette mission scientifique et de nous démarquer dans le domaine de la préservation des écosystèmes », souligne la directrice générale de l’INREST, Dre Julie Carrière.

Pour le Réseau Québec maritime, l’organisme responsable de l’organisation de la mission, l’événement d’aujourd’hui est une belle démonstration des bienfaits de la collaboration dans le cadre de la recherche scientifique en milieu maritime.

« L’avenir du fleuve Saint-Laurent dépend de la participation de tous.  C’est en réunissant les scientifiques, les industries ainsi que les communautés dans l’optique de partager nos expertises et nos infrastructures que nous pourrons doter le Québec d’une vue d’ensemble de son secteur maritime », précise le directeur général du Réseau Québec maritime, Dany Dumont.

La mission hivernale 2020 à bord du NGCC Amundsen se poursuit jusqu’au 14 mars. Les curieux peuvent la suivre sur les comptes Facebook et Twitter du RQM et de l’INREST.

À propos de l’INREST

L’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail (INREST) est un organisme à but non lucratif qui s’intéresse aux questions environnementales et de santé au travail. L’INREST s’est démarqué sur la scène internationale par l’implantation du plus important observatoire environnemental en zone industrialo-portuaire pour la préservation des écosystèmes marins au Québec, ainsi que par la création du Centre d’expertise industrialo-portuaire (CEIP), division de l’INREST.

À propos du Port de Sept-Îles

Disposant d’installations diversifiées et avant-gardistes, le Port de Sept-Îles est le plus important port minéralier en Amérique du Nord avec un volume anticipé de près de 35 millions de tonnes en 2020.  Pionnier sur le Saint-Laurent avec l’implantation du premier observatoire environnemental de son écosystème marin, le développement durable est bien ancré dans ses valeurs et ses actions.

À Propos du Réseau Québec maritime

Lancé en mai 2016, le Réseau Québec maritime rassemble quelque 166 établissements membres, dont l’ensemble des universités du Québec, des collèges et des centres collégiaux de transfert technologique, des centres de recherche, des organisations gouvernementales et parapubliques, des organisations communautaires et des industries œuvrant dans le domaine maritime. Rattaché à l’UQAR qui en est l’organisme gestionnaire, le RQM a pour mandat de faire du Québec un leader mondial sur le plan du développement maritime durable. Le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec et les Fonds de recherche du Québec sont partenaires financiers du RQM.

À propos d’Odyssée Saint-Laurent

Odyssée Saint-Laurent est un ambitieux programme de recherche du Réseau Québec maritime. Bénéficiant d’un financement de 15 M$ du ministère de l’Économie de l’Innovation du Québec, Odyssée Saint-Laurent est articulé autour de trois chantiers, soit « Découverte », « Applications » et « Innovation ouverte ». Le programme de recherche vise l’acquisition de connaissances sur les écosystèmes du Saint-Laurent, la biodiversité et les facteurs de stress environnementaux du système Saint-Laurent, la conception d’outils, de technologies et de pratiques novatrices pour un développement maritime durable.

-30-

Sources :

Réseau Québec maritime

Mathieu Dumulon-Lauzière

Conseiller aux communications

Tél : 581 337-1435

INREST

Julie Carrière

Directrice générale

Tél : 418 968-4801, poste 5720

Port de Sept-Îles

Pierre D. Gagnon

Président-directeur général

Tél : 418 968-1231